Fill in at least one search field
Filter by

Manuscript

Rennes, BM, 1588

codex ; parchemin ; 164 ff. (II, 160, II); 95 mm x 70 mm

Feuillets intervertis, de nombreuses lacunes. Pas de f. 12, un f. 116 bis.

 Medium  BVMM

Expand / Collapse
25 images linked

Heures à l'usage de Vannes

latin , français

Liturgie , Dévotion

France de l'ouest (Tours ?)

vers 1470-1480

page décorée (19), miniature (19), encadrement orné (en nombre), initiale ornée (en nombre), initiale champie (en nombre), bout-de-ligne champi (en nombre), armoiries (1)

couleur, or

Lacunes : à l'exception de David pénitent et des portraits des quatre évangélistes, seule une partie des miniatures illustrant les suffrages ont été conservées (dans un encadrement végétal sur fond d'or, rouge f. 148v) ; parmi elles, celle de s. Vincent Ferrier, canonisé en 1455 (derniers des saints hommes, f. 150v). Quoique de destination liturgique bretonne, ce livre d’heures semble avoir été confectionné ailleurs, en Val de Loire, probablement à Tours : cf. le petit format, l’écriture cursive, les initiales ornées rouges ou bleues à décor plumeté d'or ou d'argent, sur fond de couleurs à décor plumeté opposées, et surtout la facture des miniatures (sans doute dues à plusieurs mains ?) qui montrent l'écho de miniatures d’artistes travaillant dans la suite de Jean Fouquet, le Maître de Jeanne de France et le Maître du Missel de Yale, identifié à Guillaume Piqueau par Samuel Gras. Le Trône de grâce (f. 140) peut être comparé à celui des Heures de Lisbonne, Musée Gulbenkian, L.A.135, f. 151v, tandis que le drapé rouge y couvre les montants du trône comme pour celui de Dieu en majesté dans le missel de Tours, BM, ms. 194 f. 130 ; ss. Paul et Pierre se tiennent des deux côtés d’une colonne médiane (f. 141v) comme dans San Marino, Huntington Lib., HM 1143, ff. 136v et 137v. La miniature du "Noli me tangere" (f. 152) reprend, droite-gauche inversés, la position de s. Madeleine et du Christ dans les Heures BNF lat. 13305, f. 133, peintes par le Maître du Boccace de Munich (?). On peut citer encore le ciel violacé (ff. 113, 147v), la perspective en biais de l’espace intérieur (f. 149v), l’architecture arrondie servant d’écrin à la figure du saint (f. 148v). A noter, des tentures rouge foncé semés de larmes dorées.

  • anonyme (destinataire)
  • F. 114, en dessous de la miniature de saint Jean, armoiries non identifiées "écartelé, au 1 et 4 d'or au chevron engrêlé d'azur, au 2 et 3 de gueules à une croix engrêlée d'argent" ; selon Deuffic 2019, les armes de 1 et 4 sont celles de la seigneurie de Lieuzel, celles de 2 et 3, peut-être de la famille Fraval : "membre d'une famille noble du pays vannetais, sans doute attaché à la terre de Pleucadeuc".

Selon Deuffic 2019, Heures à l'usage de Vannes : cf. calendrier (en latin, un saint par jour) "à caractéristiques vannetaises et nantaises", cf. en rouge, 21.5. s. Paterne évêque de Vannes, 25.6. s. Gohard évêque de Nantes, 13.7. s. Thuriau évêque de Dol mais dit "venetensis", 15.11. s. Malo) et office des morts. Les leçons de prime et none de l'office de la Vierge correspondent pourtant à l'usage de Rennes ; chaque heure de la Croix et du Saint-Esprit suit celle de la Vierge. Dans les litanies, les premiers confesseurs sont Martin, Julien et Germain, les derniers Paterne, Corentin, Tugdual, Yves, Paul (i.e. de Léon ?), Brieuc, Guillaume. Quelques rubriques en français à la fin du ms., pour les prières à dire au cours de la journée (ff. 157v-158).

Bibliography (1)

Notice IRHT (C. Rabel), 2022


Please wait...
Loading data, please wait